Honest Thief

No comments

 


Liam Neeson incarne une fois de plus un homme avec un ensemble de compétences très particulières - le safecracking et la fabrication de bombes - dans «Honest Thief», une version sans fioritures et sans frissons du genre d'image d'action graveleuse qui a marqué le décès de l'acteur vétéran. - carrière sur scène.


Ces films peuvent être captivants et viscéraux, comme dans les premiers «Taken» et «The Grey». Ils peuvent être tendus et fragiles, comme dans le troisième «Taken» et «Non-Stop». «Honest Thief» se situe quelque part au milieu de cette fourchette. Il est extrêmement médiocre, donnant à son support solide peu de travail avec au-delà des poursuites en voiture et des caractérisations peu profondes. Neeson est solide et fiable au centre, comme toujours. Il prend tout au sérieux - chaque menace graveleuse, chaque coup de fouet - et à 68 ans, il est un spécimen physique incroyable à voir. Mais s’il donne tout pour lui, il n’obtient pas grand-chose en retour. Parfaitement utilisable et totalement oubliable, "Honest Thief" offre néanmoins quelques détails agréables pour l'empêcher d'être un slog total.

La prémisse à elle seule intrigue le réalisateur et co-scénariste Mark Williams, co-créateur de la série «Ozark». Neeson incarne Tom Carter, un voleur de banque légendaire connu sous le nom de «In and Out Bandit». (C’est un surnom qu’il déteste, car cela le fait paraître aléatoire, et il se targue de sa précision.) Tom a volé 9 millions de dollars à 12 banques dans sept États sur plusieurs années. Mais quand il entre dans un centre de stockage de Boston pour cacher tout ce butin, il se connecte immédiatement avec la jolie femme à l'esprit vif derrière le comptoir: Annie de Kate Walsh, qui y travaille pour aider à payer ses études supérieures. Un an plus tard, ils sont amoureux, et il est tellement pris par elle (jeu de mots) qu’il veut aller droit au but et forger une nouvelle vie ensemble.





Alors il essaie de se livrer et de remettre tout cet argent au FBI. Bien sûr, il aurait pu le déposer de manière anonyme et recommencer. Mais Tom est un voleur honnête, et il espère qu’en coopérant, il obtiendra une peine réduite. Aussi patient qu'il planifiait et exécutait tous ses crimes, il est pressé de les mettre derrière lui. Le problème, c'est que les agents de la vieille école qu'il appelle (Jeffrey Donovan et Robert Patrick) ne le croient pas. Ils ont entendu beaucoup trop de faux aveux au fil des ans. Alors ils lui font plaisir en lui envoyant leurs subalternes, un Jai Courtney mordeur de décor et un Anthony Ramos sous-utilisé, lui rendre visite à l'hôtel où il les attend. Et ce qui devrait être une transaction simple devient violent lorsque l’agent Nivens de Courtney a la brillante idée que lui et l’agent de Ramos devraient prendre l’argent pour eux-mêmes.


De tels personnages apparemment compliqués voyageant dans des cercles aussi obscurs devraient être convaincants. Mais tout se passe si vite, et avec si peu de suspens, que les nombreuses transactions louches et les doubles croisements tout au long de "Honest Thief" ne sont pas aussi puissants qu'ils le devraient. Il n'y a rien dans le personnage de Courtney au-delà de la cupidité. Donovan fournit une certaine substance en tant qu'agent sage et lucide essayant d'aller au fond de l'affaire, et il y a une course amusante impliquant le chien adorablement débraillé qu'il a hérité de son ex-femme lors de leur divorce. Mais une grande partie de ce qui constitue la viande du scénario de Williams et Steve Allrich, ce sont des poursuites en voiture génériques, des bagarres et des fusillades, rythmées par une partition insistante et lourde de percussions.

Neeson a une chimie décente et pétillante avec Walsh, et il y a un peu plus dans son personnage que la demoiselle typique en détresse (bien que les coups qu'elle subit en fin de match soient gratuitement brutaux). Les morceaux sont là pour un film plus fort, ce qui rend «Honest Thief» si décevant. Pourtant, nous n’avons probablement pas longtemps à attendre le prochain véhicule dans lequel Neeson mettra à profit ses compétences particulières.


Dans un souci de transparence, il semble important de préciser que ce film a été projeté via un lien malgré sa disponibilité uniquement en salles. Le but de cet examen n'est pas d'encourager ou de décourager quiconque d'assister à une projection en salle à ce moment précis. C'est une analyse de l'œuvre elle-même pour la postérité.


No comments

Post a Comment